UGAP, catalyseur d’innovation

L’Union des Groupements d’Achats Publics (UGAP) est une plate-forme généraliste d’achat public. Elle propose à l’Etat, aux collectivités et aux acteurs de la santé un catalogue de produits et services allant de la fourniture de bureau à l’achat de carburant pour véhicules. L’objectif de la plate-forme est double : faciliter les achats aux acteurs publics et promouvoir l’offre des entreprises fournisseuses. Aujourd’hui, l’UGAP draine 3,4 milliards d’euros des caisses publiques envers les entreprises référencées.

Catalyseur d’innovation

Initialement conçue à vocation généraliste, la centrale d’achat s’est progressivement étendue à d’autres domaines plus spécifiques. « En tant qu’organisme public, notre rôle consiste également à promouvoir des politiques en lien avec le développement des PME, l’innovation, la création d’emplois… ». En 2014, un pôle innovation y a été créé afin de détecter, qualifier et acheter des offres innovantes : cybersécurité, drones, télémédecine…
L’objectif serait que 2% de la commande publique soient consacrés aux achats innovants auprès de PME à l’horizon 2020.

La donnée spatiale dans l’achat public

L’inclusion d’une composante innovation dans le catalogue ouvre des perspectives aux produits et services faisant appel à la donnée spatiale. Dans ce cadre, l’UGAP et InSpace ont établi un partenariat pour identifier et référencer des offres opérationnelles fournies par les adhérents de l’Institut et susceptibles d’intéresser les collectivités publiques. « InSpace fédère des entreprises qui pourraient apporter de la valeur ajoutée aux acteurs publics, en recherche d’innovations technologiques, d’optimisation de coûts, de solutions efficaces… En tant qu’acteur public, et dans une volonté d’intérêt collectif, notre objectif est d’accélérer le rapprochement entre ces entreprises et les organismes publics. »

Les critères de référencement

Les critères pour que les offres soient référencées sont définis : la technologie doit être innovante, quantifiable et fournie par une PME. Elle doit être mature, transverse, et doit présenter un potentiel de marché attractif.
Afin d’identifier les références pertinentes, InSpace a lancé un appel à manifestation d’intérêt auprès de ses membres. A ce jour une trentaine d’offres est à l’étude, et les premières références devraient être publiées d’ici la fin de l’année.

Les points de vigilance

Le catalogue de l’UGAP est un vrai libérateur de business : il permet de faire connaître une solution de manière rapide et massive. Cependant, il serait légitime de s’interroger sur la capacité des PME à intégrer une croissance exponentielle. « Nous restons très vigilants sur ce point. Au moment du référencement, on évalue le risque et on y sensibilise la PME. Ensemble, on veille à ce que les délais de paiement soient adaptés aux petites structures (garantie à 45 jours) et à ce que la commercialisation se fasse au bon rythme, avec une communication adaptée et progressive vis-à-vis des acheteurs. Il est important d’avancer step by step : nous sommes un accélérateur de visibilité mais la croissance doit se faire de manière maîtrisée si nous voulons qu’elle soit couronnée de succès. »

Une démarche gagnant-gagnant

En tant qu’organisme public, l’UGAP veille à ce que la relation entre l’offre et la demande soit équitable et bénéfique pour les deux parties. Pour les collectivités, acheter via l’UGAP permet d’accélérer le processus d’acquisition, tout en ayant la garantie d’acheter moins cher et d’acquérir de la qualité. Pour les entreprises, voir leur offre référencée dans le catalogue équivaut à les catapulter au niveau national et à bénéficier d’un gage de légitimité important.
Dans cette optique de réciprocité positive, l’inclusion d’un volet innovation est particulièrement pertinent, car il permet aux collectivités de consulter des solutions et d’en comprendre les bénéfices sans avoir à effectuer le travail de sourcing, avec le gain de temps et la garantie de qualité qui en découlent.
En parallèle, le catalogue fait découvrir à la personne publique des solutions qu’elle n’aurait pas imaginées par ailleurs, comme pour les innovations de rupture, accélérant considérablement la mise en marché de ces technologies. « C’est typiquement le cas du drone, qui n’était pas du tout connu et donc pas identifié comme solution. En le référençant, nous avons orienté les collectivités vers cet outil. Aujourd’hui, il remplace de procédés beaucoup plus onéreux (notamment par hélicoptères) pour différentes fonctions, comme l’estimation de la thermographie des bâtiments ou les prises de vues aériennes. »

Enfin, d’autres avantages bénéficient aux deux parties : pas besoin de publier d’appel d’offres, ni d’y répondre pour la PME, pas de benchmarking, pas de concurrence (une seule offre référencée par item)… « Nous visons une démarche gagnant-gagnant : promouvoir les achats au juste prix, négocier les tarifs avec les fournisseurs mais dans le respect de leur développement, sans les écraser. Les collectivités ont besoin d’acheter et les entreprises ont besoin de vendre. Il est important de faciliter ces échanges, mais en tant qu’acteur public nous nous devons de le faire de manière équitable et responsable. »

Propos recueillis auprès de Sébastien TAUPIAC, Directeur Santé

www.ugap.fr