Jean-Louis Guilhaumon

"Pour être à la hauteur des attentes du visiteur contemporain, nous nous sommes fixés des objectifs ambitieux"

12ème vice-président en charge du Tourisme et du thermalisme, Région Occitanie

En Région Occitanie, le tourisme représente la 2ème source d’activités et mobilise plus de 110.000 emplois. Le secteur pèse 14 milliards d’euros, soit 10% du PIB régional. Le soutien à la filière tourisme constitue donc une priorité absolue dans nos politiques publiques.

Le touriste d’aujourd’hui est totalement numérique, en quête d’expériences inédites. Pour le séduire, l’accueillir et le fidéliser nous devons injecter une dose d’innovation considérable dans l’ensemble des étapes du séjour : avant, pendant, après. Je parle à la fois d’innovations incrémentales, qui vont améliorer significativement les expériences ; et d’innovations de rupture, qui sont des véritables catapultes de séduction.

Ces innovations, essentielles pour préparer l’avenir, induisent néanmoins de nombreux bouleversements. En région, ce sont plus de 38.000 entreprises qui doivent se remettre en question et réinventer leurs méthodes de travail. Comment relever le défi ? Quelles politiques de soutien pour les aider y parvenir ? La Région Occitanie possède une responsabilité majeure pour les accompagner dans cette transformation structurelle.

Pour être à la hauteur des attentes du visiteur contemporain, nous nous sommes fixés des objectifs ambitieux : intégrer le Top 10 des destinations les plus attractives d’Europe, nous démarquer de la concurrence, renouveler l’offre, promouvoir une démarche résolument qualitative, monter en gamme…. Ceci nous pousse à réinventer nos métiers et nos méthodes.

A commencer par la cohérence dans les politiques publiques. Les différents acteurs doivent se concerter et avancer en bloc vers des objectifs communs. En Occitanie, nous avons signé un schéma régional pour créer un terrain favorable et facilitateur. Ce plan est doté de différentes aides, comme le contrat d’innovation et développement (accompagnement à moyen terme) ou le Pass tourisme (dispositif plus agile portant sur de « petites » enveloppes).

Pour favoriser l’innovation et encourager les entreprises à s’en saisir, nous avons aussi lancé des appels à projets innovants comme Readynov, dont plusieurs initiatives intégrant des données spatiales ont déjà été récompensées. En partenariat avec Nîmes Métropole nous soutenons l’Open Tourisme Lab, qui incube les pépites qui feront briller le tourisme de demain. Et parce que l’ambition est un formidable moteur vers l’excellence, la Région Occitanie prépare le 1er campus Européen de l’innovation touristique, qui aura lieu le 22 novembre prochain à Montpellier.

Compte-rendu de la spécificité et des enjeux du tourisme, la Région a souhaité mettre en place un fonds d’investissement de 100M€ avec la BEI*. Accessible aux opérateurs privés et publics, ce fonds vise à inciter les organismes bancaires à accompagner les projets pour lesquels le risque est considéré comme élevé. Il permettra notamment de soutenir des projets d’hébergement touristique, de restauration, d’équipements et d’infrastructures touristiques ou de loisirs à vocation économique (équipement et aménagement des stations de montagne, centres de thermalisme, parcs de loisirs, musées, centres de congrès et parcs des expositions, ports de plaisance…). Ce fonds contribuera également à la relance de l’investissement touristique, levier déterminant dans la création d’emplois. Il devrait générer un effet levier de 300 à 400M€.

Ce ne sont là que quelques exemples parmi les nombreuses actions déployées. Ces politiques étaient très attendues et aujourd’hui les différents dispositifs associés fonctionnent. Même s’il n’est jamais simple de remettre en question les habitudes, je sens un réel engouement de la part du territoire et de ses acteurs : ils s’approprient progressivement ce travail de fond, souscrivent à la démarche. Ceci nous encourage à aller plus loin dans l’exploration et le développement de procédés innovants au service du tourisme.

Mais nous souhaitons également rester fidèles à nos racines. L’accueil chaleureux, le contact humain, l’échange, l’authenticité… sont des facteurs essentiels pour que nos visiteurs, nos touristes, nos citoyens jouissent d’une expérience touristique remarquable. Les nouvelles technologies sont essentielles pour décupler cette expérience, mais nous devons rester au service de l’humain et de ce qu’il a de plus précieux : sa capacité à ressentir, à s’émerveiller, à partager. C’est certainement là que réside le plus grand défi…

* Banque européenne d’investissement