Quand les satellites nous font une fleur…

Sertit / I-Cube

Il existe toujours une part de poésie dans notre entourage, même dans les objets les plus techniques. C’est le cas des satellites. Nous les pensions insensibles à la beauté ? Faux ! Nous allons découvrir qu’ils peuvent être touchés par les fleurs...

Cartographier les châtaigniers

Le châtaigner est une espèce très bien implanté dans la région Alsacienne. Tant et si bien, que l’essence fait l’objet d’une attention toute particulière, notamment dans le cadre du projet Interreg IV « Le châtaignier dans la région du Rhin supérieur – Une essence rassemblant hommes, cultures et paysages », portant sur la valorisation du bois et des fruits du châtaignier, sur l’étude du chancre qui ravage quelques châtaigneraies, et sur la conservation des paysages sylvicoles.

Dans ce contexte, le Service Régional de Traitement d’Image et de Télédétection (ICube-SERTIT) a mis au point une stratégie d’inventaire forestier et de suivi des populations de châtaigniers basée sur l’imagerie satellite. Le dispositif, qui se structure au fil de plusieurs étapes, constitue une première en France.

Collecte des données terrain disponibles

La première étape, menée en relation très étroite avec le Centre Régional de la Propriété Forestière de Lorraine-Alsace (CRPF), consiste à collecter des données terrain géolocalisant des châtaigniers. Une fois ces données collectées, elles sont numérisées et confrontées à des images satellites acquises à différentes saisons.

Différentiation des différentes essences

Les essences forestières se divisent en deux grandes catégories : les conifères (résineux à feuillage persistant) et les feuillus (qui perdent leurs feuilles en hiver). Grâce à l’imagerie satellite, le SERTIT a procédé à une extraction du couvert forestier, pour bien différencier les deux catégories d’essences en fonction de la caducité des feuilles.

Observation de la floraison

Une fois les feuillus repérés et isolés, et  grâce à la mise en parallèle des données de terrain avec des images satellites couvrant les différentes phases du cycle de développement annuel du châtaigner, le SERTIT a pu détecter les populations de châtaigniers. En effet, leur floraison a lieu au début de l’été, et se distingue par une éclosion massive de fleurs blanches, très caractéristique et visible de manière très précise par télédétection.

Des résultats très encourageants… mutualisables et transposables

Cette méthode, qui a nécessité trois années de recherche et de collaboration étroite avec les différents interlocuteurs associés au projet pour être mise en place, est maintenant rodée et offre des résultats très encourageants, qui avoisinent les 95% de précision dans la détection des populations à relever.

De plus, il est tout à fait envisageable de mutualiser le travail de mise au point fait en amont pour transposer la technique à d’autres essences (telles que les peupliers, les acacias…) et l’exporter à d’autres territoires.

Enfin, il convient de signaler que la télédétection d’essences forestières par satellite s’avère beaucoup plus rapide et précise que les relevés terrain, pour un coût nettement inférieur.

Le saviez-vous ?

D’après les données de l’Inventaire Forestier National, moins d’un tiers des forêts (32%) est constitué d’une seule essence exploitable. Le plus souvent, plusieurs essences cohabitent au sein d’un même périmètre forestier : 30% des forêts sont composées de deux essences, 21% de trois essences, 11% de quatre essences et 6% de cinq essences et plus.

Lauréat des trophées de l’innovation de la filière forêt-bois du Grand Est

Organisé par les 5 interprofessions du grand Nord Est de la France, dont FIBOIS Alsae, ce concours vise à récompenser des entreprises de la filière forêt-bois qui développent un produit, un service, une organisation ou un procédé innovant.

Parmi les 23 entreprises qui ont candidaté aux trophées, le projet d’inventaire forestier à partir d’images satellites pour cartographier les châtaigniers en Alsace présenté par ICube-SERTIT a remporté le 1er prix dans la catégorie « Innovation fonction support ».

Et le jury de conclure : « Ce projet montre concrètement le transfert de la recherche au terrain. Il permet une expertise qui semble intéressante d’envisager pour d’autres essences et qui ouvre donc des possibilités sur la cartographie de la ressource forestière. »

En savoir plus : http://sertit.u-strasbg.fr/