Paul Quilès

Maire de Cordes sur Ciel, Président de la Communauté de Communes du Cordais et du Causse, Ancien Ministre

Tout part des Territoires !

La France connaît une mutation territoriale provoquée par les lois NOTRe et MAPTAM, qui modifient les contours de nos échelons territoriaux, redéfinissent leurs compétences, réorganisent leur fonctionnement.

Plus que jamais, l’ancrage territorial est nécessaire. Dans un monde où les changements sont très rapides, nous avons besoin d’authenticité, de terroir, de racines, de valeurs. L’économie sociale et solidaire, les circuits courts, la consommation raisonnée… sont autant d’éléments structurants de l’action territoriale dans sa dimension la plus humaine.

Comment trouver des modes de fonctionnement conciliant innovation et préservation de notre patrimoine humain et social ? Il faut pour cela que les territoires se trouvent au cœur de l’innovation et en soient les premiers bénéficiaires.

Ayant été ministre de l’espace pendant 4 ans, je m’intéresse aux applications issues du spatial et je suis convaincu qu’elles peuvent fortement contribuer à cette synthèse.

Par exemple, la mise à disposition massive de données en open source, donc nécessairement au plus près du local et du temps réel, rapproche les acteurs socio-économiques et les citoyens des territoires qui les utilisent. En particulier les petites entreprises, bien ancrées dans leur territoire et qui vont contribuer à l’emploi local.

Les applications spatiales et leur contribution à la géo-information peuvent accompagner les politiques d’aménagement, dont nos agriculteurs, nos artisans, nos médecins de campagne ou nos écoliers doivent largement bénéficier. Préserver notre environnement et notre biodiversité, mieux raisonner notre agriculture, lutter contre la désertification médicale sont des objectifs que partage le monde rural.

Les données et technologies spatiales doivent aussi toucher directement les citoyens résidents et les visiteurs, grâce à des initiatives telles que la mise en relation pour covoiturer et se déplacer, les applications touristiques mettant en valeur le patrimoine naturel et culturel, le partage d’expériences individuelles et collectives.

Bien entendu, l’action territoriale, essentielle pour préserver le lien social et le tissu économique, ne doit pas être antinomique avec la volonté d’innovation. C’est leur complémentarité, au service de l’amélioration du cadre et des modes de vie, qu’il faut encourager !