# BOOSTERS Un an après…

En septembre 2015 le COSPACE a lancé le dispositif « Booster » pour encourager les projets conçus à la croisée des domaines spatial, numérique et applicatif. Quatre structures ont obtenu ce label. Depuis, elles mettent en place de nombreuses actions, axées notamment sur l’organisation d’événements permettant aux différentes filières de se rencontrer, et sur la mise en place de séances de formation à l’utilisation de la donnée spatiale. Un an après, nous faisons le point sur leurs activités respectives.

# MORESPACE

L’année 2016 a été très active pour le Booster Breton. L’activité de Morespace est résolument orientée « maritime », et s’est structurée autour de plusieurs initiatives.

Actions d’animation auprès du grand public

Des actions d’animation ont été organisées pour montrer au grand public l’apport du spatial dans le secteur maritime. Le Booster a animé un stand lors de la fête maritime de Brest (Quai des Sciences), un événement qui a reçu environ 21.000 visiteurs.

Participation au « Ocean hackathon »

Pendant 48h, une cinquantaine de participants d’horizons différents (ingénieurs, étudiants, chercheurs…) repartie en équipes a répondu à différents défis (visualiser et comprendre ce qui se passe sur et sous la mer, faciliter l’expérience des usagers du littoral…). Pour y parvenir, une « boite à outils données » a été mise à disposition, incluant notamment des données Copernicus issues de la plateforme PEPS. Au bout de 48h, chaque équipe a rendu sa copie et a présenté sa solution devant un jury.

Participation à la « Sea tech week »

La Sea tech week a réuni environ 1300 professionnels et chercheurs durant trois jours autour de la thématique « La mer et le numérique ». Lors de cette convention, le Booster Morespace a animé un workshop et a travaillé sur des pistes exploratoires de challenges du numérique maritime.

Organisation de « challenges »

Cette démarche consiste à fédérer des « sponsors » (agence des aires marines protégées, IFREMER, DCNS…) qui vont émettre une problématique (comme par exemple connaître le volume d’une nappe de pétrole). Des entreprises relèvent ces défis pour proposer des solutions à la croisée du numérique, du spatial et de l’applicatif. Les défis validés par le Booster et les sponsors sont ensuite présentés à la BPI pour un financement à hauteur de 70.000€.

// Propos recueillis auprès de Philippe MONBET et Nicolas BELLEC

Informations

Booster MORESPACE

Phil MONBET – 02 98 05 70 15

www.booster-morespace.com

 

# PACA

Pour faire émerger des synergies, le Booster PACA a mis en place des événements (séances de sensibilisation et de formation aux données, produits et services issus du spatial, création d’espaces de rencontre, actions d’animation transverse…) réunissant des PME/PMI, des chercheurs, des laboratoires, des étudiants… d’horizons différents. La fréquentation de ces initiatives est variable (entre 20 et 250 participants, en fonction des thèmes). Des projets ont émergé par la suite, dont environ 50% se sont concrétisés.

Fédérer autour de la filière spatiale

Ces événements ont permis de toucher des acteurs qui n’étaient pas familiers du spatial, mais intéressés par ce segment de marché, et qui ont souhaité s’ouvrir à de nouvelles perspectives. Ces sociétés s’approprient maintenant la donnée spatiale ou des produits dérivés pour développer des services complètement innovants dans des marchés jusque là étrangers à la filière : immobilier, assurance, tourisme…

Satisfaction des acteurs du numérique

Le Booster PACA fait remarquer que la communauté numérique est particulièrement satisfaite de trouver des cas d’usages, des applications et des services qui mettent en valeur leurs technologies et leurs données.

Une réponse à un vrai besoin

Après une année d’activité, les mises en relation commencent à porter leurs fruits et des partenariats transverses se mettent en place. Les différents acteurs apprennent à travailler ensemble pour créer des projets communs valorisant leurs périmètres respectifs. Le bilan est très positif et les acteurs du Booster considèrent que la stratégie est bonne et répond à une demande forte de la part des différentes filières. Ceci les amène à se projeter sur des actions plus ciblées, notamment autour de projets de formation plus longs et plus complets en partenariat avec des acteurs locaux et des institutionnels.

// Propos recueillis auprès de Sandrine MATHIEU

Informations

Booster PACA

Sandrine MATHIEU – 04 92 92 76 08

www.safecluster.com

 

# SEINE ESPACE

Les actions du Booster Seine Espace concernent un territoire très vaste, qui s’étend sur l’axe Seine, regroupant l’Îlede-France et la Normandie. Malgré l’existence d’un pôle académique très actif sur le territoire et la présence de nombreuses entreprises dans le secteur du spatial, l’écosystème ne converge que très rarement, et la communauté bénéficie d’assez peu de visibilité. La notion de réseau est peu développée, ce qui entraîne une méconnaissance des différents acteurs entre eux.

Dans ce contexte particulier, les principaux objectifs du Booster consistent à faciliter des rencontres entre les différents acteurs et à les fédérer autour de projets communs. Pour y parvenir, plusieurs actions sont mises en place, notamment d’animation et de formation à la donnée spatiale.

Les actions

Une première réunion de lancement a été organisée en mars pour présenter le dispositif. La rencontre a réuni 35 professionnels, et a permis de présenter les compétences, d’organiser des pitchs, de nouer des contacts… Une deuxième réunion qui a réuni une vingtaine de personnes a eu lieu le 21 juin dans le cadre de la COMUE Paris/Saclay pour renforcer les liens avec la communauté académique et favoriser l’émergence de projets.

En termes d’animation, le Booster a rencontré des Start Up avec Smart Up (pépinière de la CCI Portes de Normandie). Au mois de novembre, Seine Espace a été partenaire du Hackathon « Smart Port Vallée de Seine » organisé au Havre. Trois grands défis ont été organisés, dont au moins deux pouvaient bénéficier des données du spatial  performance logistique et passage portuaire, environnement et sécurité portuaire).

Les constats

Ces rencontres mettent en évidence certains constats. De manière générale les entreprises ne considèrent pas spontanément que les données issues du spatial peuvent représenter une solution adaptée à leurs besoins. Le recours au spatial n’est pas encore rentré dans les mœurs, et on considère souvent que la donnée spatiale est réservée à une « élite ». En parallèle, les acteurs régionaux n’ayant pas le « réflexe réseau », le fait de leur proposer des actions fédérant les différentes filières est accueilli avec enthousiasme. Dans ce contexte, le rôle facilitateur du Booster prend tout son sens et est perçu de manière très positive.

// Propos recueillis auprès de Séverine COUPE

Informations

Booster SEINE ESPACE

Séverine COUPE – 01 74 25 40 57

severine.coupe@pole-astech.org

 

# NOVA

En cette première année d’activité, le Booster NOVA a structuré son activité autour de six filières (agriculture, maritime, énergie, smart city, mobilité, pays en voie de développement). Il a organisé l’accompagnement en trois phases s’inscrivant dans une logique de processus continu :

Dream it – favoriser l’émergence de projets

Organisation de rencontres, d’ateliers, de clubs d’innovation pour faire émerger des idées, mise en place de partenariats, émission d’appels à idées…

Make it – accompagner la réalisation

Cette étape est centrée sur la « réalisation » du projet, et concerne la labellisation de projets et l’inclusion de Start Up dans l’initiative ESA Bic, afin de les accompagner dans la définition, commercialisation, financement… du projet.

Boost It – booster l’accélération commerciale

La troisième partie consiste à accompagner les projets dans leur développement sous différentes formes : événements et salons à l’international, travail avec des partenaires, mise en relation avec les Collectivités Territoriales…

Provoquer des rencontres

Selon les référents du Booster NOVA il existe tout un monde des possibles à créer en matière d’interactions numérique/spatial. Certaines communautés se connaissent déjà, et dans ce cas le Booster a un rôle de « renforcement » : binôme spatial-agricole, spatial-maritime, spatial-énergie…

D’autres écosystèmes ne se connaissent pas encore, et il n’existe pas vraiment de lieu de convergence qui pourrait les rapprocher. Dans ce sens, le Booster a un rôle « facilitateur », notamment pour rapprocher le numérique et le spatial : créer des actions spécifiques, organiser des événements, informer…

Actuellement le Booster NOVA travaille au lancement d’un « challenge numérique », un concours d’innovation où des sociétés vont proposer des idées de projets sur trois thématiques
: Smart City, agriculture de précision et Pays du Sud.

Promouvoir la formation

La formation à la donnée spatiale auprès des acteurs du numérique joue aussi un rôle important. Plusieurs séances de formation ont eu lieu à Toulouse, Bordeaux et Montpellier. L’accueil a été très positif, les entreprises participantes ont adhéré au principe et ont manifesté un besoin d‘accompagnement dans l’intégration de la donnée spatiale, ce qui confirme le rôle positif et nécessaire des Boosters.

// Propos recueillis auprès de Philippe LATTES et David CONVERS

Informations

Booster NOVA

David CONVERS – convers@aerospace-valley.com

www.aerospace-valley.com/page/booster-nova