Apostolia KARAMALI

Chef d’unité adjoint « Politique et recherche spatiale »
Commission européenne

Chef d’unité adjoint « Politique et recherche spatiale »
Commission européenne
Apostolia Karamali

La Commission européenne a publié en octobre dernier sa Communication sur la Stratégie spatiale pour l’Europe. La Stratégie répond à une concurrence mondiale croissante, en augmentant la participation du secteur privé et en favorisant des évolutions technologiques majeures. La Commission propose une série d’actions dont les objectifs sont les suivants : permettre aux européens de tirer pleinement parti des avantages offerts par l’espace, créer un environnement approprié pour la croissance des jeunes pousses, promouvoir le rôle prépondérant joué par l’Europe dans l’espace et augmenter sa part sur les marchés mondiaux. Plusieurs millions de personnes bénéficient déjà des services fournis par les programmes spatiaux de l’Union. L’industrie spatiale européenne est forte et compétitive, et crée des emplois et des débouchés commerciaux pour les entrepreneurs. La Stratégie encouragera le rôle prépondérant joué par l’Europe dans l’espace afin de créer des emplois et de la croissance.

Ces bénéfices se rattachent en particulier à de nombreux secteurs économiques et politiques publiques, tels que la sécurité, la protection de l’environnement, l’adaptation au changement climatique, les transports, l’aménagement du territoire, l’économie des données et la gestion des catastrophes naturelles. Cette Communication met notamment l’accent sur la maximisation des bénéfices des données et technologies spatiales pour la société et l’économie de l’Union européenne.

La Commission européenne a identifié un ensemble d’actions permettant de plus et mieux soutenir les données, applications et services spatiaux fournissant des solutions innovantes et efficientes en réponse aux besoins de la société et de l’économie. Elle va notamment renforcer une large diffusion des données spatiales, faciliter l’utilisation des informations et signaux relayés par les infrastructures spatiales, promouvoir les interfaces entre les solutions et services spatiaux et non-spatiaux, et stimuler l’implication de nouveaux acteurs, dont ceux de l’économie numérique. Les collectivités territoriales jouent un rôle majeur dans le développement et l’adoption des solutions spatiales. Elles peuvent tout d’abord se placer en « premier client » de ces solutions, permettant de démontrer leur valeur ajoutée pour la conduite des politiques publiques et ainsi servir de référence pour un déploiement plus large. Elles sont ensuite les acteurs du développement économique, en créant des écosystèmes d’acteurs publics et privés favorables à la création de valeur.

La Commission va soutenir la recherche et l’innovation dans les collectivités territoriales, et en particulier les régions, en établissant des synergies avec les fonds structurels et d’investissement européens, et le fonds européen pour les investissements stratégiques. La Commission va également inciter l’émergence d’écosystèmes favorables à la croissance sur la base des structures déjà présentes aux états membres. Tout en continuant le soutien aux infrastructures spatiales européennes au travers de Copernicus et Galileo, l’Europe doit poursuivre maintenant l’optimisation des bénéfices au travers de l’utilisation des données et services spatiaux.

Les collectivités territoriales doivent en être les premiers acteurs !